I.T.A.G (DTS1)

Ce forum incha allah aura pour but d aider les etudiant de la DTS1 a en plus savoir cotee cours et tt que sa soit reseau ou devlopment
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Attaques des mots de passe

Aller en bas 
AuteurMessage
ultrasur
moderateur
moderateur
avatar

Messages : 200
Date d'inscription : 11/02/2008
Age : 31

MessageSujet: Attaques des mots de passe   Sam 16 Fév - 19:17

Attaque par force brute :
L'attaque par force brute est une méthode utilisée en cryptanalyse pour trouver un mot de passe ou une clé. Il s'agit de tester, une à une, toutes les combinaisons possibles. Cette méthode de recherche exhaustive ne marche que dans les cas où le mot de passe cherché est constitué de peu de caractères.
Pour contrer cette attaque, il suffit simplement de choisir des mots de passe d'une longueur conséquente ou des clés suffisamment grandes. Ainsi, l'attaquant devra attendre quelques années avant de trouver le bon mot de passe.
Cette méthode est souvent combinée avec l'attaque par dictionnaire pour obtenir de meilleurs résultats.
1. Explication mathématique
Si le mot de passe contient N caractères, indépendants (la présence d'un caractère ne va pas influencer un autre) et uniformément distribués (aucun caractère n'est privilégié), le nombre maximum d'essais nécessaires se monte alors à :
• 26N si le mot de passe ne contient que des lettres de l'alphabet totalement en minuscules ou en majuscules
• 52N si le mot de passe ne contient que des lettres de l'alphabet, avec un mélange de minuscules et de majuscules
• 62N si le mot de passe mélange les majuscules et les minuscules ainsi que les chiffres
Il suffit en fait d'élever la taille de « l'alphabet » utilisé à la puissance N. Il s'agit ici d'une borne supérieure et en moyenne, il faut deux fois moins d'essais pour trouver le mot de passe (si celui-ci est aléatoire). En réalité, bien peu de mots de passe sont totalement aléatoires et le nombre d'essais est bien inférieur aux limites données ci-dessus (grâce à la possibilité d'une attaque par dictionnaire).
Le tableau ci-dessous donne le nombre maximum d'essais nécessaires pour trouver des mots de passe de longueurs variables.

Type 3 caractères 6 caractères 9 caractères
lettres minuscules 17 576 308 915 776 5,4 * 1012
lettres minuscules et chiffres 46 656 2 176 782 336 1,0 * 1014
minuscules, majuscules et chiffres 238 328 5,6 * 1010 1,3 * 1016

Un ordinateur personnel est capable de tester plusieurs centaines de milliers voire quelques millions de mots de passe par seconde. Cela dépend de l'algorithme utilisé pour la protection mais on voit qu'un mot de passe de seulement 6 caractères, eux-mêmes provenant d'un ensemble de 36 symboles (minuscules ou majuscules accompagnés de chiffres), ne tiendrait pas très longtemps face à une telle attaque.
Dans le cas des clés utilisées pour le chiffrement, la longueur est souvent donnée en bits. Dans ce cas, le nombre de possibilités (si la clé est aléatoire) à explorer est de l'ordre de 2N où N est la longueur de la clé en bits. Une clé de 128 bits représente déjà une limite impossible à atteindre avec la technologie actuelle et l'attaquant doit envisager d'autres solutions cryptanalytiques si celles-ci existent. Il faut cependant prendre en compte que la puissance du matériel informatique évolue sans-cesse (voir Loi de Moore) et un message indéchiffrable à un moment donné peut l'être par le même type d'attaque une dizaine d'années plus tard.
2. Limiter la recherche exhaustive
Pour éviter des attaques par force brute, la meilleure solution est:
• d'allonger le mot de passe ou la clé si cela est possible;
• utiliser la plus grande gamme de symboles possibles (minuscules, majuscules, ponctuations, chiffres);
• pour éviter d'avoir à faire face à une attaque par dictionnaire, faire en sorte que le mot de passe soit aléatoire;
• et pour une sécurité optimum, empêcher de dépasser un nombre maximal d'essais en un temps ou pour une personne donnée.
Dans les applications, on peut aussi introduire un temps d'attente entre l'introduction du mot de passe par l'utilisateur et son évaluation. L'éventuel attaquant devrait dans ce cas attendre plus longtemps pour pouvoir soumettre les mots de passe qu'il génère. Le système peut aussi introduire un temps d'attente après plusieurs essais infructeux, ceci dans le but de ralentir l'attaque. Les systèmes de mots de passe comme celui d'Unix utilisent une version modifiée du chiffrement DES. Chaque mot de passe est accompagné d'une composante aléatoire appelée sel dont le but est de modifier la structure interne de DES et éviter ainsi une recherche exhaustive en utilisant du matériel spécialement conçu pour DES.
Toutefois, avec suffisamment de temps, l'attaquant pourra toujours (en théorie) trouver le mot de passe ou une clé sauf si celui-ci emploie le principe du masque jetable.

Le masque jetable, également appelé chiffre de Vernam est un algorithme de cryptographie inventé par Gilbert Vernam en 1917. Bien que simple, ce chiffrement est le seul qui soit théoriquement impossible à casser, même s'il présente d'importantes difficultés de mise en oeuvre pratique.


Attaque par dictionnaire :
L'attaque par dictionnaire est une méthode utilisée en cryptanalyse pour trouver un mot de passe ou une clé. Elle consiste à tester une série de mots de passe potentiels, les uns à la suite des autres, en espérant que le mot de passe utilisé pour le chiffrement soit contenu dans le dictionnaire. Si tel n'est pas le cas, l'attaque échouera.
Cette méthode repose sur le fait que de nombreuses personnes utilisent des mots de passe courants (par ex : un prénom, une couleur, le nom d'un animal...). C'est pour cette raison qu'il est toujours conseillé de bien réfléchir avant de choisir un mot de passe.
L'attaque par dictionnaire est souvent une méthode utilisée en complément de l'attaque par force brute qui consiste à tester de manière exhaustive les différentes possibilités de mots de passe. Cette dernière est particulièrement efficace pour des mots de passe n'excédant pas 5 ou 6 caractères.
o Contenu du dictionnaire et règles
Outre le contenu habituel d'un dictionnaire qui renferme un ensemble de mots, le dictionnaire peut être fortement amélioré en combinant les mots ou en appliquant certaines règles. Par exemple, pour chaque mot, on peut essayer de changer la casse de certaines lettres. Une autre astuce consiste à répéter deux fois le mot (par exemple « secretsecret »), dans l'espoir que l'utilisateur fasse appel à cette méthode peu sûre pour renforcer son mot de passe. On peut aussi générer des dictionnaires, par exemple pour des numéros de plaque, des numéros de sécurité sociale, des dates de naissance, etc.
o Logiciels
Le logiciel John the Ripper, le plus connu dans ce domaine, est fourni avec une liste de règles qui permettent d'étendre l'espace de recherche et explorer les failles classiques dans l'élaboration des mots de passe ou des clés par les utilisateurs. Il existe des dictionnaires qui contiennent plusieurs millions de mots et qui ne sont pas fournis avec le logiciel. Citons encore L0phtcrack et Cain & Abel qui fournissent des services similaires.
Toutefois, ce type de logiciels n'est pas forcément utilisé dans un but malicieux. Ces outils peuvent être utiles pour les administrateurs qui veulent sécuriser les mots de passe et alerter les utilisateurs sur les risques encourus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.realmadridclub.net
 
Attaques des mots de passe
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mot de passe perdu
» Livres de la Golden Dawn
» noter un résumé qui dépasse le nb de mots imposé (IUT)
» "Dis moi 10 mots" : comment ça se passe ?
» Ordi bloqué : problème mot de passe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I.T.A.G (DTS1) :: Cours de Réseaux et Development :: Réseaux :: cours-
Sauter vers: